La cheminée bioéthanol, un allié décoratif et chaleureux par excellence

Envie d’avoir une touche moderne et chaleureuse dans votre intérieur ? Pour vous aider à savoir plus sur ce type de cheminée ainsi que les précautions à adopter, suivez nos conseils.

La cheminée bioéthanol vous garantit un chauffage et un esthétisme qui s’adapte parfaitement à votre décor. Murale, de sol ou de table, la cheminée bioéthanol est une pièce décorative à part entière. Avec une design tendance et contemporain, elle fonctionne sur le principe d’un brûleur sans réservoir pour stocker le bioéthanol.

Un chauffage d’appoint ou décoratif ?

La cheminée à éthanol est constituée d’un brûleur inclus dans un habillage purement décoratif. Le bioéthanol est enflammé manuellement à l’aide d’un briquet de 15 à 20 cm. L’éthanol libère ainsi de la chaleur en se consumant. En effet, la puissance de la cheminée varie généralement de 1 à 5 kW selon la capacité du réservoir des différents types de cheminée. Un allié décoratif par excellence, la cheminée bioéthanol présente un esthétisme moderne, innovant et qui s’intègre merveilleusement à votre intérieur. Avec une vraie flambé ans installation complexe, la cheminée bioéthanol peut être agrémenté de galets ou de bûches décoratives en céramique selon les différentes préférences.

Les précautions d’utilisation

Comme tous types de chauffage, la cheminée bioéthanol doit être utilisée avec précautions. Le combustible est composé de céréale, de betterave ou de canne à sucre. Fermenté, il se transforme en amidon et le sucre en alcool. La combustion de l’éthanol est extrêmement inflammable et dégage du dioxyde de carbone. C’est cette raison, il est essentiel de bien ventilé la pièce et de faire circuler suffisamment l’air afin de compléter la combustion de l’éthanol pour qu’il ne dégage pas de dioxyde de carbone. En effet, ce gaz toxique est incolore, inodore et bloque les échanges de dioxygène avec l’hémoglobine du sang des poumons. De plus, la cheminée bioéthanol peut être synonyme d’humidité, de la production de monoxyde de carbone et de l’augmentation de dioxyde de carbone dans l’air de la maison.

La norme AFNOR D35-386

L’agence française de normalisation AFNOR a mis en place des critères de sécurité en ce qui concerne les appareils fonctionnant avec un combustible à base d’éthanol. Cette norme est homologuée depuis le 1er Août 2009 et définie avec précision les caractéristiques, les méthodes d’essai et le marquage des appareils. En effet, ces cheminées, possédant cette norme, sont dotées d’un système d’arrêt automatique dès que 4 heures ont été dépassées et lorsque le taux de dioxyde de carbone dégagé atteint les valeurs définies par la norme. Ce mode de chauffage à mi-chemin entre un poêle et une cheminée ordinaire, doit obligatoirement suivre la norme AFNOR D35-386. Cette norme, qui réglemente ce marché, impose des règles strictes. Une cheminée bioéthanol impose une autonomie maximale de 3 heures et une durée de fonctionnement maximale de 6 heures par 24 heures. De plus, une bonne ventilation est primordiale et essentielle dans le but de vous garantir un apport d’oxygène suffisant pour la combustion de l’éthanol et l’évacuation de dioxyde de carbone et de l’humidité générés par la combustion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *